L’outplacement ou reclassement professionnel externe en français est une prestation mise en place afin d’aider les salariés licenciés ou qui ont négocié leur départ de retrouver rapidement un nouvel emploi. La prestation ne relève pas toujours d’une obligation légale, aussi, l’employeur peut ne pas le proposer à son collaborateur. Pourtant, tous les salariés qui le souhaitent peuvent en faire la demande. Voici nos conseils pour bien négocier votre outplacement.

Faites la demande auprès de votre employeur

Votre employeur n’est pas obligé de mettre en place une procédure d’outplacement, sauf si votre départ de l’entreprise entre dans le cadre d’un licenciement collectif pour des motifs économiques. Si votre employeur ne vous propose pas d’emblée cette prestation au moment de votre licenciement, vous pouvez en faire vous-même la demande auprès de votre employeur. S’il accepte, il s’acquittera des frais relatifs à la formation. Mais pourquoi votre employeur acceptera-t-il de payer votre outplacement, direz-vous ? Les raisons sont multiples. Si vous lui aviez toujours donné une entière satisfaction, mais qu’il doit néanmoins se séparer de vous, il vous offrira un outplacement en guise de remerciement. Il peut aussi faire ce geste afin d’améliorer son image d’employeur et démontrer à l’équipe restante qu’il sait se montrer « correct » envers ses collaborateurs.

Demandez à comparer les offres des outplaceurs

La plupart du temps, les employeurs qui offrent une prestation d’outplacement à leurs salariés licenciés ou en départ négocié font appel à un prestataire avec lequel ils ont l’habitude de collaborer. Pour être sûr d’avoir une prestation de qualité, à la hauteur de vos attentes, demandez à rencontrer une ou deux autres structures. Ce faisant, vous aurez l’opportunité d’échanger avec les consultants pour connaitre les détails des prestations qu’ils proposent, de visiter leurs locaux et de voir le matériel qu’ils mettent à votre disposition pour vous aider dans votre recherche d’emploi. Vous pourrez mieux comparer les offres proposées par les uns et les autres et montrer à votre employeur celle qui vous semble la plus avantageuse autant pour vous que pour lui.

Négociez la durée d’accompagnement la plus longue possible

Il existe différentes formules d’outplacement proposées par les cabinets de reclassement professionnel. Celle qui est la plus confortable pour les salariés licenciés est la formule sans limites de temps. Si vous obtenez cette formule, vous bénéficiez d’un accompagnement permanent jusqu’à ce que vous retrouviez un nouveau travail. Vous avez également droit à une garantie d’un an qui contraint le cabinet d’outplacement de vous reprendre en charge si le retour à l’emploi ne se passe aussi bien qu’on l’aurait souhaité. Malheureusement, cette formule est aussi la plus difficile à négocier auprès de la Direction des ressources humaines de votre ancienne entreprise, puisque c’est la formule la plus coûteuse. À défaut d’obtenir cette formule, négociez pour la période d’accompagnement la plus longue possible. Optez pour les formules d’outplacement d’une durée de 9 mois ou d’une année. Les études ont en effet révélé que la majorité des candidats à l’outplacement retrouvent un nouvel emploi en moyenne après 9 mois, et 1 an au plus tard.

Négociez le financement de votre outplacement

En théorie, c’est toujours votre ancien employeur qui s’acquitte du paiement de la prestation d’outplacement. En effet, même si vous contactez le cabinet d’outplacement de votre propre chef, ce dernier ne vous facturera pas personnellement la prestation. Le paiement sera prélevé de l’indemnité de départ que votre employeur vous versera. Au moment de négocier votre outplacement, n’oubliez pas d’évoquer qui s’acquitte réellement du frais de la prestation. Votre employeur prend-il tout en charge et vous ne percevrez plus une compensation financière ou prélèvera-t-il une partie des frais du montant de l’indemnité de départ qu’il vous doit ?