Le bilan de compétences s’inscrit dans les dispositifs relevant de la formation professionnelle. C’est avant tout un outil d’aide à la décision qui permet, avec l’accompagnement d’un consultant, à un salarié ou à un demandeur d’emploi de faire le point sur sa carrière et ses compétences professionnelles. Un bilan de compétences réussi vous permet d’avoir tous les éléments en main pour définir un projet professionnel, se réorienter vers un autre métier ou résoudre des difficultés liées à votre poste actuel.

Qui peut faire un bilan de compétences ?

Le bilan de compétence est ouvert aux salariés comme aux demandeurs d’emploi. Dans une grande majorité des cas, la personne qui en est le bénéficiaire en a fait la demande et a accompli toutes les démarches nécessaires à son obtention.

Un salarié qui demande un bilan de compétences n’est pas tenu d’en avertir son employeur. Les rencontres avec le consultant qui l’accompagne tout au long du bilan se feront alors en dehors du temps de travail.

Si le bilan de compétences est un droit accessible à tous il y a tout de même des conditions à remplir pour y prétendre. Dans le secteur privé, un salarié en CDI doit ainsi avoir cumulé 5 ans d’activité professionnelle dont 12 mois pour son employeur actuel. L’ancienneté minimale pour un salarié en CDD est de 24 mois, consécutifs ou non, avec une durée minimale de 4 mois en CDD sur les 12 derniers mois. Un intérimaire souhaitant bénéficier d’un bilan de compétences doit avoir 5 ans d’ancienneté et 2028 h de travail pour le compte de la société d’intérim qui l’emploie et est impliquée dans la demande. Enfin, il doit s’écouler 5 ans entre deux bilans de compétences. Les fonctionnaires peuvent eux aussi demander un bilan de compétences depuis 2007 dans le cadre d’une mobilité professionnelle ou géographique lorsqu’ils ont exercé 10 ans. Le bilan de compétences est enfin ouvert aux demandeurs d’emploi indemnisés ou non s’ils le financent avec leur compte personnel de formation. Dans certains cas, il arrive que Pôle Emploi prenne en charge le financement de ce bilan. Enfin, Un bilan de compétences peut également être demandé par un employeur. Ce dernier doit alors obtenir l’accord de son salarié pour mettre en œuvre le dispositif.

Comment faire un bilan de compétences ?

Si vous êtes à l’initiative du bilan de compétences, la première chose à faire est de trouver l’organisme agréé le plus à même de vous accompagner. Pour cela, un salarié peut demander conseil auprès des services RH de son entreprise. Si vous ne souhaitez pas que votre employeur soit au courant, il est également possible de s’adresser à l’OPCA dont vous dépendez ou au FONGECIF. Vous pouvez également vous renseigner auprès du CIBC (Centre Interinstitutionnel de bilans de compétences) de votre département.

Si vous êtes salarié et que le bilan de compétences est effectué pendant votre temps de travail, vous devez faire une demande écrite de congés pour bilan de compétences auprès de votre employeur. Cette demande qui doit être faite au moins 60 jours avant le premier entretien (ou entretien préliminaire) du bilan. Elle doit de plus préciser les dates, la durée et l’organisme choisi pour le bilan de compétences. Il est également conseillé d’envoyer ce courrier en recommandé avec accusé de réception ou de le remettre en main propre contre signature. A la réception de la requête, l’employeur a 30 jours pour donner son accord. Ce dernier est réputé tacitement acquis si vous n’obtenez pas de réponse dans le délai imparti. Un employeur peut également demander au salarié de reporter son bilan dans la limite de 6 mois, pour des raisons d’organisation au sein de l’entreprise par exemple. Enfin, si vous essuyez plusieurs refus de votre employeur suite à des demandes de bilan de compétences, vous pouvez faire appel à l’OPCA dont vous dépendez pour obtenir satisfaction.

Si le bilan de compétences est à l’initiative de l’employeur, dans le cadre d’un plan de développement des compétences de l’entreprise ou d’un congé de reclassement, une convention tripartite est signée entre le salarié, son employeur et l’organisme effectuant le bilan. Un bilan de compétences effectué dans ce cadre ne peut se faire sans l’accord du salarié qui a 10 jours pour signer la convention tripartite.

Les objectifs du bilan de compétences

Si un bilan de compétences s’appuie toujours sur la même démarche – faire le bilan de vos savoir-faire et de votre savoir-être pour mieux vous projeter dans votre future vie professionnelle et la préparer – il peut poursuivre des objectifs très différents. Le bilan de compétences répond tout d’abord aux attentes de ceux qui souhaitent évoluer dans leur carrière sans pour autant savoir comment et dans quelle direction aller. Il offre en effet l’occasion de faire une pause afin de se pencher sur son expérience professionnelle passée pour se poser la question de l’évolution que l’on souhaite lui donner.

Il intéresse également les salariés qui veulent faire évoluer leur métier ou changer de poste sans y arriver. Le bilan de compétences leur permet d’avoir soit les éléments qui leur font défauts pour négocier cette évolution soit la mise en lumière des compétences qui leur restent à acquérir pour pouvoir évoluer. Il peut aussi vous aider à lever d’autres freins dans votre vie professionnelle. Un bilan de compétences peut se révéler être un outil très efficace pour aider un demandeur d’emploi à mieux se positionner afin de trouver un poste ou un salarié à mettre en œuvre les outils nécessaires afin d‘améliorer ses conditions de travail. Enfin, un bilan de compétences permet de valider le projet de tous ceux qui souhaitent se mettre à leur compte, changer de secteur d’activité ou se réorienter.

Combien de temps dure un bilan de compétences ?

La durée maximum légale du bilan de compétences est fixée à 24h, soit l’équivalent de 3 jours de travail. En pratique, la durée du bilan de compétences et son étalement dans le temps sont adaptés aux besoins de la personne qui le suit. Le bilan de compétences alterne en effet travail personnel et rencontres avec un conseiller chargé de vous accompagner. Généralement, chaque session de travail avec le prestataire qui vous suit dure de 2 à 3 heures. Le coach fait également en sorte de respecter la durée des rendez-vous prévus afin de ne pas empiéter sur votre vie professionnelle ou personnelle. Le bilan de compétences s’étend globalement sur 2 à 3 mois. Un bilan de compétences ne doit être ni trop court, ni trop long. Un bilan de compétences concentré sur une courte période ne permet pas au salarié ou au demandeur d’emploi de prendre le temps nécessaire à la réflexion sur son parcours et ses attentes. Si les rendez-vous qui ponctuent le bilan de compétences sont trop rapprochés, vous n’aurez pas non plus le temps nécessaire pour mener votre propre travail de recherches et d’investigations entre deux entretiens. A contrario, trop long ou trop étalé dans le temps, un bilan de compétences risque également de perdre en efficacité en amenuisant au fur et à mesure de son déroulement votre motivation initiale.

Comment se déroule un bilan de compétences ?

Même si la structure du bilan de compétence comporte des étapes obligatoires, c’est un dispositif sur mesure qui doit répondre aux besoins du principal intéressé. C’est pour cela qu’un salarié qui fait un bilan de compétences est suivi d’un bout à l’autre par le même consultant à même de lui proposer les outils et une cadence de travail adaptés à ses besoins et à ses contraintes professionnelles et familiales. Même si l’on peut dresser un portrait-robot du bilan de compétences, chaque bilan est unique pour répondre aux attentes très variées des salariés ou demandeurs d’emploi. Il est donc important, lorsque vous choisissez le consultant qui va vous accompagner individuellement tout au long du bilan de compétences, de choisir un professionnel avec qui vous vous sentez en confiance et que vous sentez apte à vous aider à répondre à vos interrogations. Le consultant qui vous accompagne doit également être disponible entre deux rendez-vous pour répondre par mail ou au téléphone à vos interrogations ou vous aider à résoudre d’éventuels points de blocage. Il peut ainsi arriver que le consultant qui vous accompagne durant votre bilan de compétences modifie la teneur et les objectifs de ce dernier en fonction de l’évolution de votre réflexion.

Les 3 étapes obligatoires du bilan de compétences

Légalement, un bilan de compétences doit comporter 3 étapes. La première phase commence par un entretien préliminaire qui doit être gratuit entre vous et le consultant. Cette première approche sert tout d’abord à valider la demande de la personne qui souhaite faire un bilan de compétences. Le consultant chargé de l’accompagnement vérifie la motivation du salarié ou du demandeur d’emploi et valide les raisons qui le poussent à entrer dans le dispositif. Ce premier rendez-vous permet également au consultant d’élaborer un programme sur mesure afin de répondre aux attentes de la personne accompagnée. C’est également à cette occasion que consultant présente le cadre légal, le coût d’un bilan de compétences ainsi que sa manière de travailler et sonde les attentes de la personne accueillie. Un second entretien permet de valider l’accompagnement proposé, de signer l’engagement entre les deux parties et de fixer les modalités pratiques de l’accompagnement (calendrier, horaires, lieu…). La première phase du bilan de compétences contient en outre des rendez-vous avec le consultant afin de décortiquer l’histoire professionnelle de la personne accompagnée. Ces échanges sont en général complétés par des tests de personnalité.  Le conseiller qui vous accompagne peut en effet vous proposer des séries d’entretien personnalisés, des tests de personnalité mais aussi parfois des jeux de rôles afin de vous aider à mieux cerner vos atouts, vos points forts et les pistes d’amélioration. Chaque organisme et chaque conseiller a à sa disposition une grande palette d’outils pour vous accompagner sur ce bilan professionnel dont l’objectif est de dégager des pistes d’évolutions ou de valider un projet.

La seconde étape du bilan de compétences est la phase d’investigation. C’est la phase centrale la plus importante du bilan de compétences. Cette phase, qui nécessite un investissement personnel important, est constituée d’une alternance de travail personnel et de rencontres avec le conseiller chargé de vos suivre. Le travail réalisé en entretien est ainsi prolongé par un travail personnel où vous aurez à vous renseigner sur les métiers ou les postes visés, à interviewer des professionnels, éventuellement à vous renseigner sur votre futur statut d’indépendant si vous voulez créer votre propre société.

Enfin, la dernière étape obligatoire du bilan de compétences est la phase de conclusion.  Pendant cette étape, tout le travail réalisé pendant le bilan de compétence est synthétisé. Les souhaits, les envies ou les interrogations à l’origine du bilan de compétences ont été confrontées durant la phase d’investigation à la réalité du terrain et à vos compétences. Le bilan de compétences permet ainsi de valider un projet ou un souhait d’évolution. Si besoin, le consultant qui vous a accompagné peut vous proposer un plan de formation concret, incluant le financement et le choix de l’organisme de formation. Un document officiel écrit récapitulant les conclusions du bilan de formation vous est obligatoirement remis à l’issue de ce dernier. Il est confidentiel, tout comme l’ensemble des échanges que vous avez eu avec le consultant qui vous a suivi tout au long du bilan. Le contenu du bilan de compétences est en effet couvert par le secret professionnel.

L’organisation du bilan de compétences

Lorsque vous démarrez un bilan de compétences, vous fixez avec le consultant qui vous suit un calendrier de rendez-vous individuels adaptés à vos contraintes professionnelles et personnelles. Le matin, entre midi et 14h ou le soir, un consultant en bilan de compétences sait se montrer souple pour s’adapter aux contraintes de chacun. Le planning est décidé en commun pour à la fois s’insérer dans votre emploi du temps actuel mais aussi vous permettre de prendre le temps de mûrir votre projet et de faire des recherches entre deux rendez-vous.  Entre deux entretiens, vous aurez en effet à effectuer des recherches personnelles sur le métier ou la fonction que vous visez. Ce travail peut prendre la forme de recherche sur le net mais aussi de rencontres ou d’interviews téléphoniques de professionnels. La durée de chaque rencontre avec votre consultant est également prévue à l’avance pour ne pas empiéter sur vos autres activités. Lors d’un rendez-vous individuel, le consultant se charge de faire le point avec vous sur vos démarches et votre réflexion, de vous proposer des tests et exercices pour conforter ou invalider vos projets tout en respectant les contraintes horaires. Les rencontres réalisées dans le cadre d’un bilan de compétences sont extrêmement structurées pour atteindre efficacement les objectifs choisis en début de processus.

Le déroulement des entretiens lors du bilan de compétence

Le contenu des entretiens entre le salarié et le consultant évolue au fil du déroulement du bilan de compétences. Lors des premières rencontres, le consultant va vous faire retracer votre parcours professionnel. L’objectif est non seulement de savoir quels postes vous avez occupé mais aussi de comprendre le pourquoi et le comment de votre parcours professionnel. Vous devrez aussi vous pencher sur ce qui vous a plu ou déplu au cours des différentes fonctions occupées ainsi que sur vos réussites et vos échecs professionnels. Si besoin, l’analyse de votre histoire professionnelle est complétée par des tests de personnalité pour vous aider à découvrir et à prendre conscience de vos grands traits de caractère, toujours en lien avec vos objectifs professionnels.  L’objectif est de vous aider à mieux cerner votre personnalité ainsi que vos goûts et aptitudes professionnelles. Cette première étape permet de confirmer ou de dégager des pistes d’évolution pour votre carrière.  A l’issue de cette première phase, il peut arriver que vous découvriez des secteurs professionnels et des métiers que vous n’aviez absolument pas envisagé en début de bilan de compétences. Dans un second temps, le consultant va vous aider à confronter cet idéal professionnel à la réalité du terrain. Vous serez alors amené, par des enquêtes, des interviews avec des professionnels ou par des mises en situation, à vérifier que l’orientation professionnelle voulue vous est accessible, avec ou sans formation complémentaire. Les entretiens avec le consultant qui vous accompagne vous permettront alors de faire le point sur vos recherches et de prendre du recul par rapport aux informations collectées.  Le consultant sera présent pour vous orienter petit à petit vers des pistes d’actions qui vous permettront de concrétiser votre projet professionnel. Enfin, lors du dernier entretien, le prestataire qui vous a accompagné vous remettra une synthèse écrite et prendra le temps d’échanger avec vous sur votre ressenti et sur les bénéfices que vous avez retiré du bilan de compétences.

Une démarche volontaire pour un bilan de compétences réussi

Pour réussir un bilan de compétences, il faut être prêt à nouer un véritable partenariat avec le consultant que vous avez choisi pour vous accompagner. Vous allez en effet devoir évoquer avec lui les moments où vous avez été en difficulté dans votre vie professionnelle. N’oubliez pas que le consultant qui est en face de vous n’est pas là pour vous juger mais pour vous aider à améliorer concrètement votre avenir professionnel. De plus, les échanges que vous aurez dans le cadre de votre bilan de compétences resteront confidentiels et ne seront dans aucun cas divulgués, à votre employeur par exemple. Il faut donc être prêt à lui livrer sans fard votre point de vue et votre ressenti sur votre vie professionnelle, même si c’est négatif. C’est grâce à votre participation active et à la sincérité de vos échanges que le consultant sera à même de vous proposer des outils et des pistes de réflexion et d’action adaptées à votre cas et donc bien plus efficaces. Si vous faites partie des personnes qui ont perdu toute motivation dans leur travail ou pour rechercher un emploi, cette franchise est d’autant plus importante.  Le rôle du coach en bilan de compétences sera alors de vous aider à mieux identifier vos points forts pour sortir de l’ornière. Votre participation active au bilan de compétences ne se résume pas aux rencontres avec le consultant. Prendre le temps de réfléchir au travail effectué pendant les rencontres avec votre consultant va vous permettre d’avoir des échanges plus fructueux par la suite. D’ailleurs, votre coach commencera certainement chaque entretien en vous demandant ce que vous avez pensé et retenu de la rencontre précédente. De même, la seconde partie du bilan de compétences ne sera fructueuse que si vous vous y impliquez activement. Il vous sera en effet demandé de partir à la recherche d’informations complémentaires sur les métiers ou les secteurs d’activité qui vous intéressent. Le consultant ne fera en aucun le travail à votre place. Il a juste un rôle de catalyseur pour vous aider à vous mettre en action et à synthétiser les informations recueillies. Avant de commencer un bilan, il est donc important de prévoir du temps pour se rendre aux rendez-vous mais aussi pour travailler entre deux rencontres. Même si vous démarrez un bilan de compétences avec des réticences, vous vous rendrez vite compte au fil des séances que se mettre en action pour prendre du recul sur sa vie professionnelle et chercher de nouvelles perspectives est extrêmement motivant et enrichissant. D’autant plus que le rôle du consultant est de vous aider à trouver des solutions aux problématiques rencontrées sans vous laisser dans une impasse. Il n’y a donc rien de tel qu’un bilan de compétences pour se redevenir acteur de sa vie professionnelle. L’intérêt du bilan de compétences est de vous inscrire dans une dynamique qui se prolongera bien au-delà des heures que vous aurez passé avec votre consultant à élaborer votre avenir professionnel.